Skip to main content

Connaissez votre public. Aujourd'hui, plus que jamais, ce conseil est la clé du succès pour les éditeurs.

Le public souhaite de plus en plus vivre des expériences personnalisées lorsqu'il consomme des médias, et les éditeurs capables de proposer de telles offres obtiennent les meilleurs résultats. Par exemple, le retour sur investissement marketing est jusqu'à huit fois plus élevé pour le contenu personnalisé, et les ventes sont jusqu'à 10 % plus élevées, selon la Harvard Business Review.

Ces statistiques montrent que les éditeurs ont un besoin immédiat d'en savoir plus sur leurs publics. Si vous êtes éditeur, le fait de savoir qui consomme tel ou tel type de contenu - et comment - vous aidera à mieux répondre aux besoins des lecteurs, téléspectateurs et auditeurs qui sont les plus susceptibles d'appuyer sur le bouton d'abonnement.

Dans cet article de blog, nous décrirons les quatre types de personnalités d'abonnés que les éditeurs doivent connaître, et nous verrons comment la technologie axée sur les données peut être utilisée pour les identifier - et finalement augmenter les abonnements et les revenus.

Les 4 principaux types de personnalités des abonnés

Les abonnés peuvent être classés dans d'innombrables catégories, de la localisation à l'âge en passant par la tranche de revenus et la situation familiale. En examinant le comportement de l'audience, nous pouvons la classer en quatre grands types de "personnalités d'abonnés" :

1. Les passionnés de la marque : Ces abonnés fidèles sont l'un des principaux moteurs de revenus. Ils paient 13 % de plus que les clients moyens pour soutenir leurs marques préférées. Ils sont également beaucoup plus susceptibles d'effectuer des achats lorsque l'une de leurs marques préférées recommande un produit ou un service, ce qui satisfait les annonceurs d'une société de médias. En fait, ils sont une aubaine à la fois pour la publicité et pour les abonnements d'une entreprise. 

2. Les adeptes : Moins fidèles que les adeptes de la marque, les followers constituent néanmoins une autre personnalité d'abonné précieuse que les entreprises médiatiques ne peuvent se permettre d'ignorer. Ils s'engagent fréquemment avec votre contenu. Ils sont déjà inscrits et ont souvent effectué un petit achat par le passé. Par exemple, ils ont peut-être payé pour un accès d'une journée afin d'accéder à un article journalistique spécifique derrière un mur payant. Ils sont prêts à dépenser si les éditeurs peuvent entretenir ce lien. 


3. Les visiteurs occasionnels : Contrairement aux enthousiastes ou aux adeptes de la marque, les visiteurs occasionnels n'ont généralement rien acheté - pour l'instant. Ils reviennent occasionnellement sur votre site Web, ce qui devrait donner plus qu'une lueur d'espoir aux éditeurs.



4. Les surfeurs : Ces utilisateurs ont le plus faible potentiel de conversion. En effet, il est possible qu'ils ne visitent votre site Web qu'une seule fois. Une de leurs connaissances a pu partager un lien vers votre site, ou ils sont peut-être arrivés par accident. Bien qu'il soit utile de développer une stratégie pour les surfeurs, ce segment ne doit pas être le principal objectif d'un éditeur.


Le rôle de la technologie dans l'exploitation des personnalités des abonnés

Bien sûr, les éditeurs ne peuvent tirer profit de ces personnalités d'abonnés que s'ils peuvent les identifier en premier lieu. Pour cela, il faut exploiter la technologie pour adopter une approche fondée sur les données.

Dans cette optique, voici trois fonctions principales que la technologie d'abonnement des éditeurs doit être capable d'assurer aujourd'hui (et ce que chacune d'entre elles implique idéalement) :


1. Segmentation de l'audience : Les bons outils permettent aux éditeurs de regrouper leurs audiences en différents segments basés sur les engagements précédents de chaque utilisateur, mais ce n'est qu'un début. Pour maximiser la valeur de ces segments, les éditeurs ont besoin d'une vue à 360 degrés, incluant l'historique complet de chaque utilisateur avec le contenu de l'organisation médiatique.

Vous devez également être en mesure de calculer la valeur des différents segments pour votre organisation afin de pouvoir cibler les opportunités les plus importantes et les plus lucratives. Nous savons que les followers, par exemple, offrent les plus grandes chances de conversion - du moins avec une offre adaptée et fondée sur des données.


2. Concevoir des offres personnalisées : Naturellement, la segmentation est vraiment la première étape pour proposer des abonnements et du contenu qui répondent aux personnalités spécifiques des abonnés. Cet aspect est devenu encore plus important avec l'augmentation de la collecte de données de première partie et la disparition des cookies de tierce partie

Votre plateforme d'abonnement doit également vous informer de la position des membres de votre public dans les boucles de maturation, en fonction des comportements observés dans un segment spécifique. Ainsi, vous pouvez déployer de nouvelles campagnes ou offres personnalisées lorsqu'il semble que vous perdez l'engagement de certains utilisateurs. Ne laissez pas une mauvaise technologie vous obliger à attendre le moment du renouvellement, alors qu'il pourrait être trop tard.


3. Déployer et tester rapidement les campagnes : Les éditeurs doivent être en mesure d'agir à la volée. Qu'il s'agisse d'un changement dans le cycle de l'actualité ou d'une tendance émergente parmi les utilisateurs, une approche personnalisée des abonnements exige des réponses dynamiques. "Nous avons constaté que le meilleur moyen de parvenir à une personnalisation significative est de tester systématiquement les idées avec des clients réels, puis d'itérer rapidement", peut-on lire dans un article de la Harvard Business Review rédigé par plusieurs experts en marketing. 

"Jusqu'à récemment, cependant, les outils et les capacités pour exécuter cette opération - fournir des offres et des contenus personnalisés vraiment pertinents à des millions de clients et de prospects, à travers les canaux, les formats de contenu et les points de contact - n'existaient pas", poursuit l'article.

Le manque d'options disponibles pour les éditeurs est ce qui nous a incités, chez Lineup, à créer Amplio, une plateforme innovante de gestion des abonnements qui permet une segmentation fondamentale de l'audience, la création d'offres personnalisées et un déploiement rapide - et plus encore.


Amplio aide les éditeurs à connaître leur public - et bien plus encore


Avec Amplio - développé par des professionnels de l'édition, pour des professionnels de l'édition - la segmentation de l'audience, le ciblage et le test des campagnes (en quelques clics) ne sont que le début. Voici trois de ses nombreuses et puissantes fonctionnalités :

  • Génération de rapports intelligents : Recueillant toutes sortes de données précieuses, Amplio permet aux équipes de vente et de marketing de générer des rapports détaillés sur n'importe quel scénario d'abonnement. 
  • Permettre le libre-service des clients : Amplio aide les entreprises de médias à réduire les obstacles à l'abonnement par le biais de portails clients qui affichent un contenu personnalisé en fonction de ce que les analyses suggèrent. Les abonnés peuvent facilement s'inscrire eux-mêmes, ce qui réduit les frictions liées à l'abonnement.
  • Automatisation des processus manuels : Amplio peut automatiser les tâches fastidieuses comme la saisie de données, ce qui permet aux éditeurs d'économiser du temps et de l'argent et d'améliorer la précision des données. 

Savoir exactement qui est son public est devenu crucial pour toute entreprise de médias qui souhaite sérieusement avancer dans cette ère numérique de production de nouvelles. Tirer le meilleur parti des capacités offertes par l'analyse numérique est un outil très important à la disposition de l'éditeur.

Gérard Graas

Gérard est un informaticien et un commercial, spécialisé dans le monde de l'information et du journalisme avec plus de 14 ans d'expérience. Conseiller enthousiaste de ses clients et partenaires, Gérard travaille constamment main dans la main pour stimuler leurs affaires.